fbpx

Mon compte

Contact us

Blog
étiquette

Cosmétique : décrypter une étiquette

La composition des produits de beauté est souvent matière à polémique. Et pour cause, de nombreux laboratoires n’hésitent pas à utiliser des produits peu recommandables dans leurs cosmétiques. Lire une étiquette n’est pas toujours facile mais NYM vous donne toutes les clés pour savoir ce que vous mettez sur votre peau !

 

Pourquoi faut-il déchiffrer une étiquette ?

 

Tous les produits de beauté ne se valent pas, loin de là. Certains sont même nocifs pour la santé. Le prix n’est pas un indicateur de qualité. La meilleure manière de se préserver étant donc de s’informer sur les cosmétiques que l’on achète en lisant directement les étiquettes.

On n’imagine pas l’impact que peut avoir un produit de beauté sur notre peau mais aussi notre santé en général. Pourtant, ils peuvent être les auteurs de nombreux maux. Chaque application que l’on croit bénéfique pour notre peau ne l’est pas toujours et on ne s’en rend pas forcément compte. Le remède ? Choisir les bons produits !

 

Paraffinum liquidum VS paraffine liquide

 

Pour bien choisir vos produits de beauté, il existe une liste INCI, autrement dit International Nomenclature for Cosmetic Ingredients. En gros, c’est la bible des ingrédients cosmétiques, standardisée à tous les pays de l’UE depuis 1999. Aussi, certains ingrédients sont indiqués en langue vernaculaire et d’autres dans la langue d’origine du pays. Par exemple, « Paraffinum » ou  « Petroleum » sont des produits issus de la pétrochimie. Concrètement, c’est du plastique liquide à petite dose. Sympa sur la peau ! Or, une grande partie du marché de la cosmétique est composée de ces produits. Les huiles minérales, par exemple, sont bien loin de l’huile d’olive. En effet, il s’agit de corps gras inertes issus de minéraux comme la houille, le pétrole et autres. D’ailleurs, ces huiles sont également utilisées dans l’industrie automobile comme lubrifiants. Comme quoi, être belle comme un camion, ça prend tout son sens.

 

Sauf qu’entre les termes « paraffine liquide » et « paraffinum liquidum », l’effet n’est pas le même. Si l’un a l’air rébarbatif, l’autre indique plutôt un ingrédient issu de longues recherches et donc forcément bienveillant. Pourtant, c’est la même chose.

 

Petite hiérarchie d’une étiquette

 

Sur une étiquette, ce sont surtout les noms qui apparaissent en premier qu’il faut savoir déchiffrer. Car les premiers ingrédients inscrits sont ceux qui se retrouvent en grande proportion dans la composition. Les derniers ingrédients qui composent le cosmétique à hauteur de 1% sont, eux, entassés pêle-mêle à la fin de la liste.

Si vous voyez ces noms apparaître: paraffinum liquidum, petrolatum, petroleum, cera microcristallina, mineral oil, un conseil … Fuyez.

En milieu de liste, on retrouve les principes actifs. Ils peuvent être de différents domaines : hydratants, anti-âge, antistress, amincissants, bronzants … Là encore, on essaiera de privilégier les ingrédients d’origine naturelle et non synthétique.

En fin de liste enfin, on trouve les colorants. Ceux-là sont généralement issus du goudron. Sous leur petite appellation chiffrée, ils indiquent une triste réalité : celle de l’information masquée. On lève le doute ! Seuls CI 75 et CI 77 sont naturels et sont des extraits très bien tolérés par la peau. Tous les autres, principalement les CI 11, 21, 24, 26, 27 et 28 sont à éviter s’ils ne sont pas déjà interdits par la loi européenne.

 

Pourquoi le recours à la pétrochimie ?

 

Les produits minéraux et issus de la pétrochimie comportent l’énorme avantage d’être occlusifs. C’est-à-dire qu’ils créent une sorte de seconde peau sur notre épiderme, qui le protègera involontairement contre les agressions extérieures. Mais, malgré l’effet bouclier désiré, le produit à base de pétrochimie ne peut pas nourrir ni hydrater la peau. En revanche, niveau bilan écologique désastreux, on est d’une bonne efficacité.

 

Dans la même veine de produits obstruants, utilisés pour leur effet trompe-l’œil (voir trompe sensation), on retrouve les silicones et les polymères. Ceux-ci permettent d’habiller le produit de son plus bel apparat : une texture soyeuse, presque veloutée, une émulsion des plus aériennes, des sensations et un plaisir des yeux absolument imbattables. En revanche, niveau efficacité… Ça reste à prouver.

 

A éviter donc, les produits qui finissent en -one ou -ane et qui identifient généralement des silicones, tandis que les produits nommés PEG ou PPG renvoient à des polymères.

 

étiquette 

Les produits naturels

 

Ce qui ne trompe jamais, dans une étiquette cosmétique, c’est la mention Aqua, lorsqu’elle apparaît en haut de la liste. Car il s’agit tout simplement d’eau ! Parmi les ingrédients issus de végétaux, on retrouve également du miel, ou du beurre de karité sous le nom de butyrospermum parkii butter, de l’huile d’argan sous le nom de Argania ou pour nos gammes de soin, de l’extrait actif de neem. La cosmétique végétale valorise non seulement des produits bienveillants pour votre peau, libres de tous déchets toxiques, mais elle promet également une bien meilleur empreinte écologique.

 

Pour des peaux naturellement belles, le choix de la cosmétique naturelle est vite fait.

1 Huile de Soin 20ml OFFERTE pour l'achat de 2 produits NYM

Pour profiter de l'offre, rien de plus simple, ajouter 2 produits NYM dans votre panier et votre cadeau apparaitra comme par magie * !  

 

Vous désirez connaître les prochaines offres NYM, il vous suffit de vous inscrire à la Newsletter ! 

* offre non cumulable 

 

deux flacons pompe d'huile de soin fondamentale noire et blanche 20ml

RGPD

Félicitations, vous faites désormais partie de la Team NYM