Mon compte

Contact us

Mon panier
0,00
Blog

Les cosmétiques dans le temps : quand l’évolution a du bon

 

Depuis toujours, l’homme se soucie de son apparence. Elle est la première impression que l’on a de l’autre et on la veut rayonnante. Oui mais les canons de beauté n’ont pas toujours été ceux de « La brindille » ou de Marylin. D’ailleurs, ils ne cessent de varier et de se transformer, à l’instar des cosmétiques qui doivent sans cesse s’adapter aux impératifs de chaque époque.

 

L’Antiquité

 

L’obsession pour la beauté des cheveux et du corps existe depuis toujours. La femme égyptienne par exemple, utilise des pigments comme de l’ocre rouge pour les lèvres et du khôl pour les paupières. Dès lors, afficher un teint blanc et éclatant est une qualité dont chacun veut se munir. On obtenait un teint lumineux en s’appliquant une pommade à base de lait d’ânesse et d’albâtre. Le lait d’ânesse, reconnu pour ses propriétés extrêmement hydratantes est utilisé par Poppée, l’épouse de Néron, pour garder une peau douce comme celle d’un bébé. Les ongles, cheveux et mains, eux étaient ornés de Henné.

 

Les grecques parfument leurs lèvres au miel et enduisent leurs corps de crèmes animales. Quant aux romaines, elles teignent leurs lèvres, blanchissent leur peau, noircissent leurs sourcils. Afin d’obtenir un blond vénitien très convoité, elles passent des heures sur leurs solariums et se décolorent.

 

Le Moyen-Âge

 

De l’Antiquité au Moyen-Âge, on délaisse l’hygiène pour se concentrer sur le parfum et les artifices. Tout doit sentir bon, spécialement pour les femmes des classes sociales supérieures. C’est l’essor du maquillage, qui devient un indispensable à la cour. La peau, les dents et les mains doivent être blanches pour refléter une vie pure et dénuée de travaux laborieux. Les joues les lèvres et les ongles doivent être rouges et appeler à la sensualité. À la cour, on se farde de produits souvent toxiques comme la céruse, un oxyde de plomb. Peu importe, tant que la peau reste claire et les lèvres vermillon. La nuit, on porte des masques pour atténuer les souffrances provoquées par le plomb. Dès le XVIIIe siècle, le maquillage est utilisé par toutes les classes sociales et tandis que les hommes délaissent le fard, les femmes gardent un culte pour la blancheur et le parfum. Alors que l’hygiène fait son grand retour, les cosmétiques évoluent.

 

On crée de nouvelles associations chimiques comme un mélange d’oxyde de zinc qui remplace la céruse. C’est là qu’apparaissent en Europe les salons de beauté. Un culte de la jeunesse et de la dentisterie, symbole ultime de la beauté féminine, émerge progressivement. Après la première guerre mondiale, le monde de la cosmétique fait un bond en avant. Le rouge à lèvres tel que nous le connaissons aujourd’hui naît d’un mélange de graisse, d’huile et de cire. C’est aussi à cette époque que les grandes marques de cosmétiques se révèlent au monde.

 

De nos jours

 

C’est depuis le XXIe siècle que la cosmétique a atteint son âge adulte. Les erreurs passées laissent les consommateurs méfiants et exigeants… Pour le plus grand bien de la peau ! En effet, on privilégie aujourd’hui les produits naturels et on s’éloigne de la pétrochimie qui a régné au XXe siècle. Les nombreuses polémiques sur les parabens, les filtres UV et les produits dérivés du pétrole changent la donne.

 

nym.fr

 

Aujourd’hui, on ne se méfie plus seulement du produit, mais aussi du discours des marques de cosmétiques. Transparence, naturel et efficacité sont devenues des valeurs essentielles. Chez Nym, nous avons à cœur de vous offrir des produits naturels à 99,6%, issus de deux ans de recherche en laboratoire. Des soins d’exception, hydratants en profondeur et hautement protecteurs : c’est tout le bien qu’on vous souhaite.